vers la page principale guide

Guide à l'usage de l'observateur
d'occultations stellaires par les astéroïdes

Eric Frappa (mise à jour : 2006 avr 18)

précédente

sommairesuivante

Les prédictions

Avant d'observer une occultation stellaire, faut-il encore prédire l'événement. Pour que la prédiction soit fiable, il faut bien connaître la position de l'étoile et bien connaître celle de l'astéroïde.
Jusqu'en 1997, on ne disposait pas de catalogue astrométrique suffisamment vaste et précis pour les besoins des prédictions d'occultations stellaires. Les prédictions étaient entâchées d'une grande incertitude (typiquement +/- 1000km) et certains observateurs ont ainsi réalisé pendant des années des centaines d'observations, sans aucun résultat positif !
En 1997 est sorti le catalogue Hipparcos : plus de 100 000 positions d'étoiles mesurées avec une précision initiale (à 1 sigma) de 1mas - "initiale" parce que cette précision se dégrade avec le temps à cause de l'incertitude sur le mouvement propre de l'étoile. Les prédictions se sont alors grandement améliorées et les observations positives s'accumulent depuis, en nombre de plus en plus grand chaque année.
En 2000 est apparu le catalogue Tycho-2 : 2.5 millions de positions d'étoiles avec 25mas de précision astrométrique.

Depuis 2003 existe également le catalogue UCAC2 qui couvre 48 millions d'étoiles avec une précision astrométrique allant de 20 à 70mas selon la magnitude.
Le satellite Hipparcos, à l'origine des catalogues astrométriques Hipparcos
et Tycho-2.
Aujourd'hui, les prédictions d'occultations stellaires sont souvent données avec une incertitude au sol d'une fraction du diamètre de l'astéroïde.


On peut diviser actuellement les prédictions en deux types.

- Les prédictions initiales : elles sont réalisées longtemps à l'avance sur une grande quantité de données. On utilise les catalogues astrométriques d'étoiles cités ci-dessus et une base de données d'astéroïdes comme astorb.dat de Ted Bowell ou MPCORB du Minor Planet Center, bases remises à jour quotidiennement.
Les paramètres orbitaux contenus dans ces bases de données astéroïdales sont issus de mesures astrométriques de qualité variable : l'orbite qui en résulte n'est pas forcément optimale. Mais l'objectif est ici de recenser les événements, "à la volée", sans traitement individuel fastidieux. C'est ce genre de prédictions que produit annuellement Edwin Goffin pour le monde entier, ou que l'on peut faire soi-même avec le logiciel WinOccult. A ce stade, on ne se soucie généralement pas de donner une incertitude sur chaque prédiction, le nombre d'événements étant trop grand et les éléments permettant de calculer cette incertitude n'étant pas ou difficilement accessibles.

Les prédictions d'Edwin Goffin pour l'Europe sont accessibles sur la page de Ludek Vasta.
Jean Schwaenen produit sur le site de l'EAON des prédictions avec un fichier astorb chargé peu de temps avant l'occultation.
Vous trouverez enfin sur euraster des prédictions zoomées sur la France, remises à jour environ tous les 3 mois.

- Les prédictions de dernière minute : il s'agit de mises à jour des prédictions existantes, optimisées parfois jusqu'à la veille de l'événement. Elles sont plus fastidieuses à réaliser et ne sont effectuées que pour des événements particulièrement intéressants.
L'objectif est ici de donner la prédiction la plus fiable possible. Le calculateur se procure des mesures astrométriques récentes de bonne qualité pour l'astéroïde et pratique une sélection parmi les mesures historiques. Il reconstruit alors une orbite personnalisée à partir de ces données, orbite de meilleure qualité que celle obtenue directement d'une base de données orbitales. Il recalcule enfin la prédiction avec la position astrométrique stellaire la plus adéquate, et publie le résultat avec une incertitude pour la trajectoire obtenue qui est la combinaison (moyenne quadratique) des incertitudes sur les positions de l'astéroïde et de l'étoile.

Les mises à jour des occultations européennes sont accessibles sur la page de Steve Preston.
Jan Manek
produit parfois quelques mises à jour sur son site.

Lorsque une mise à jour existe pour un événement donné, elle prime évidemment sur la prédiction initiale. Si aucune mise à jour n'est pas disponible, on doit se contenter de la prédiction de base. L'incertitude sera alors plus grande.

Comment lire une carte de prédiction ?

Nous décrirons ici les cartes produites par le logiciel WinOccult, qui est le plus couramment utilisé pour la représentation des prédictions d'occultations.


Le titre de la carte donne le numéro de l'astéroïde suivi de son nom, le numéro de l'étoile, la date et les heures de contact de l'ombre de l'astéroïde avec la Terre.
Cas particulier d'un changement de date entre les deux contacts :
Le jour J affiché est celui du début de l'occultation. Si un changement de date se produit avant le dernier contact, les heures sont ensuite exprimées sous la forme 24hxxm UT.


La colonne de gauche donne les paramètres de l'étoile :
- magnitude visuelle (Mv).
- magnitude photographique (Mp).
- coordonnées 2000 de l'étoile (RA et Dec) après correction de mouvement propre.

La colonne centrale donne les conditions de l'occultation :
- durée maximale prévue, en secondes (Max Duration).
- chute de magnitude (Mag drop).
- distance angulaire au soleil (Sun: Dist).
- distance angulaire à la lune (Moon: Dist).
- illumination de la lune, en % (illum).

La colonne de droite donne les paramètres de l'astéroïde :
- magnitude (Mag).
- diamètre estimé, en km et en " (Dia).
- parallaxe, en " (Parallax).
- vitesse angulaire apparente horaire en AD et en Dec (Hourly dRA & dDec).

La carte donne la trajectoire de l'occultation, avec éventuellement de part et d'autre la zone d'incertitude de la prédiction. La trajectoire elle-même porte une graduation pour chaque minute. Les valeurs temporelles sont en minutes et correspondent soit :
- à la minute de la même heure H que l'heure géocentrique,
- à la minute de l'heure H-1 si elles sont suivies d'un signe -,
- à la minute de l'heure H+1 si elles sont suivies d'un signe +.

Si la limite jour/nuit est présente sur la carte, la zone de jour est représentée en hachures pleines, la limite pour laquelle le soleil est -5° est un pointillé long, la limite pour laquelle le soleil est à -10° est un pointillé court.
Une carte de champ de 2x2° est présentée avec l'étoile cible cerclée au centre, et la trajectoire de l'astéroïde en pointillé.
Que regarde l'observateur sur la carte de prédiction ?

Tout ! :) mais plus particulièrement :
- que la magnitude de l'étoile soit atteignable confortablement avec son instrument et sa méthode d'observation,
- que la chute de magnitude soit supérieure à 1 mag pour une observation visuelle (difficile entre 0.5 et 1, impossible en dessous de 0.5),
- que la durée prévue soit d'au moins quelques secondes pour une observation visuelle,
- que la trajectoire soit compatible avec la position de l'observateur ou sa capacité de déplacement (cela dit, même à plusieurs largeurs de la trajectoire, une observation est toujours intéressante pour une recherche de satellite),
- que les conditions de visibilité soient satisfaisantes (hauteur sur l'horizon, proximité de la lune, conditions crépusculaires).

précédente

sommairesuivante



textes et figures © 2004-2007 Eric Frappa - euraster.net -